La Classe d'Insertion Professionnelle (CIP)


 

Objectifs - Conditions d'admission - Programme - Stages - Après l'école - Cellule d'accueil - Activités - Partenaires


 

1. Les objectifs

  • Amener progressivement les étudiants vers une autonomie sociale et professionnelle

  • Avoir un projet de vie

  • Favoriser l’intégration au monde du travail

  • En fin de scolarité, obtenir un engagement dans la cellule d’accueil d’une des ETA partenaire de notre projet

  • L’épanouissement personnel dans la vie active


2. Les conditions d'admission

  • Être âgé(e) de 18 ans minimum

  • Avoir suivi l’enseignement de la première année de la deuxième phase de la forme 2 (D23b) ou terminer une seconde année de la deuxième phase de la forme 3 (P2) sans espoir d’obtenir une qualification

  • Être preneur du projet ce qui implique l’adhésion et le soutien des parents de l’élève

  • S’engager à effectuer les stages organisés en entreprise de travail adapté (ETA)

  • Adopter un comportement correct tant au sein de l’école qu’à l’extérieur de celle-ci


3. Le programme

La formation des étudiants de la classe d’insertion professionnelle (CIP) comporte :

  • Une formation de base constituée de cours comme :
    le français, les mathématiques, les cours philosophiques, le dessin, la musique et l’éducation physique.

  • Une formation comprenant les cours visant l’apprentissage ou le perfectionnement de l’autonomie :
    ce sont les cours de cuisine, de couture, de travaux ménagers et autres apprentissages utiles à la vie quotidienne : courses, déplacements en transports en commun, visites culturelles, activités récréatives…


4. Les stages

Le stage est une activité éducative mettant l’élève dans une situation proche de la réalité socioprofessionnelle.

Les stages de la CIP se font en entreprises de travail adapté (ETA) :

Il s’agit dans un premier temps de stages effectués en groupe et accompagnés d’un professeur

Dans un second temps, lors de la deuxième année de formation (19 ans accomplis pour le stagiaire), il s’agira alors de stages individuels. Ceux-ci ont une durée de 3 semaines durant lesquelles l’étudiant sera plongé dans le monde du travail.
Chaque stage est évalué en présence des représentants de l’école (professeur titulaire et chef d’atelier) et de l’ETA (moniteur ou responsable de la cellule d’accueil), du CPMS, du stagiaire et de ses parents.
Si des lacunes sont apparues durant ce stage, le maître de stage de l’ETA les soulignera et l’équipe éducative mettra tout en place pour y remédier. Durant ces stages individuels, le stagiaire prouvera peu à peu l’acquisition de son autonomie et de son apprentissage professionnel.


5. Après l’école ?

Lorsqu’un élève arrive en fin de formation, à condition qu’il ait réussi ses derniers stages, il aura la possibilité d’intégrer la cellule d’accueil d’une des ETA partenaire de notre projet, pour autant que des emplois y soient vacants.
Sa formation se poursuivra alors naturellement au sein d’une entreprise qu’il connaît déjà pour y avoir travaillé régulièrement avec sa classe et lors de stages individuels durant sa formation. Il y percevra déjà un salaire et pourra espérer un contrat de travail de plus longue durée s’il satisfait aux critères d’embauche de l’entreprise.
La réussite du projet de la classe d’insertion professionnelle (CIP) est le fruit du travail de toute une équipe. L’équipe éducative de l’école mais aussi les moniteurs de l’ETA, les représentants du CPMS, les assistants sociaux et, dans certains cas, les éducateurs des internats participent activement à l’aboutissement du projet.
Le rôle des parents est aussi de la plus grande importance car ce sont eux qui devront soutenir et encourager leur enfant tout au long de son parcours. La récompense sera de taille, car l’entrée dans la vie professionnelle permettra au jeune de se faire une place dans la société et de mener une vie sociale de qualité.


 
 

6. La cellule d’accueil en quelques mots…

Qu’est-ce qu’une entreprise de travail adapté (ETA) ?

Les ETA, anciennement appelées « ateliers protégés » sont des entreprises qui s’efforcent d’allier des objectifs de rentabilité économique et d’insertion professionnelle des personnes handicapées.

Qu’est-ce qu’une cellule d’accueil ?

Il s’agit de la création, au sein d’une entreprise de travail adapté, d’une section d’accueil et de formation destinée aux personnes qui, en raison de leur handicap, ont besoin d’une période d’adaptation au travail en atelier. Ces personnes sont engagées sous contrat d’adaptation professionnelle (CAP). La cellule d’accueil met en œuvre des mesures individuelles et/ou collectives en vue d’améliorer les capacités professionnelles du stagiaire. La durée de la formation est d’un an et renouvelable une fois après évaluation.

L’objectif de la cellule d’accueil est l’engagement
du stagiaire au sein de l’ETA qui l’a formé.

Avantage de la cellule d’accueil

  • la personne handicapée perçoit un salaire

  • elle bénéficie de contacts socioprofessionnels

  • elle acquiert des droits sociaux individuels (mutuelle, droit aux allocations de chômage)

  • à l’issue de la formation, elle peut s’inscrire au FOREM et possède une qualification déterminante en vue d’un engagement en ETA

Conditions d’accès à la cellule d’accueil

  • avoir 18 ans au minimum

  • introduire une demande à l’A.W.I.P.H.

  • soit avoir fréquenté un enseignement de forme 2

  • soit avoir fréquenté, dans les 6 mois précédents la signature du CAP, une institution d’accueil ou d’hébergement agréée par l’A.W.I.P.H.


 
 

Activités

L’Entreprise de Travail Adapté (ETA) est une unité de production de biens ou de services et emploie prioritairement des personnes handicapées pour lesquelles ce type d’entreprise constitue, temporairement ou définitivement un outil de mise au travail et de promotion sociale. Les ETA ont plusieurs domaines d’activités allant de l’artisanat aux technologies de pointe.
Plusieurs d’entre-elles concluent des contrats de sous-traitance industrielle ou de fourniture de produits.

Les principaux secteurs d’activités dans lesquels les ETA sont actives sont :
le conditionnement, le travail du bois, les travaux de nettoyage, l’assemblage d’appareils électriques, le textile, le cuir, l’horticulture et le travail des métaux.


De plus en plus d’ETA effectuent des travaux de sous-traitance au sein même des entreprises clientes. Elles concluent un contrat d’entreprise avec leur client, celui-ci doit néanmoins faire l’objet d’une autorisation préalable de l’A.W.I.P.H.
Certaines ETA travaillent pour leur propre compte, ce qui demande un investissement sur le plan de la commercialisation et implique la gestion de l’entièreté du processus de production. Souvent, cette option n’est que partielle, l’ETA travaillant à la fois en sous-traitance et en production propre.


Les ETA partenaires: